Doléances,

 

 

 

 cahiers_de_doleances

 

Doléances,

Quand les drogues ne sont plus que soupirs,
Que nos routes deviennent martyres,
Que nos cœurs souffrent pour sourire,
Ne vaut-il pas mieux  s’enfuir ?

Choisir un masque perpétuel,
S’endormir pour un rêve éternel,
Fuir pour ne plus survivre,
Ecrire le dernier feuillet  de notre livre… 

Quand les épines se font geôlières,
Que nos chairs les subissent, prisonnières,
Que nos figurines en restent flagellées,
Ne vaut-il pas mieux s’envoler ? 

Choisir les vents, sereinement,
Souhaiter leurs apaisements,
Fuir pour ne plus survivre,
Signer la dédicace de notre livre… 

Quand nos regards ne parlent qu’aux abîmes,
Que nos proches cherchent leurs rimes,
Que nos corps deviennent potences,
Ne vaut-il pas mieux signer nos doléances ? 

Choisir de trahir notre destin,
Jouer encore un rôle d’humain,
Fuir pour ne plus survivre,
Fermer enfin les pages de  notre livre… 

Quand les règles cesseront d’être purgatoires,
Que les chemins deviendront aléatoires,
Que nos enfants ne seront plus les otages des lois
Ne vaudrait-il pas mieux libérer ce droit ? 

Choisir le jour de nos vœux,
Eviter la peine des adieux,
Fuir pour qu’ils puissent revivre,
Et relire en paix les pages de notre livre. 

Fin 

Poème écrit le 29 mars 2008 

 



ABRACADA ... |
Bienvenue sur le site de Te... |
Art,Sculptures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | deuxc.com
| Eric Boldron,articles...
| LE MEILLEUR FEUILLETON DE L...