Sur une plage…

193305_926826118_262520-pz71bfpeo4fc2jp18dex8m3f51msei-coeu

SUR UNE PLAGE,

Sur cette plage, on aurait pu entendre les rires des enfants,
Mais la terreur de la guerre les a, à jamais, ensablés.
Des bateaux d’exilés, abandonnés au large des continents
Errent sur les mers en vue d’un ancrage de paix pour s’y amarrer.

Les passeurs de vies ont perdu tout honneur et toute dignité,
En les délestant sur d’inaptes bateaux de galères,
Car, complices de l’infâme sortilège et de sa malignité
Ils les ont jeté aux flots et à leurs colères.

La mer a porté un petit corps d’enfant sur cette plage,
Peut-être trop honteuse d’ensevelir l’innocence.
Elle a refusé la responsabilité de ce naufrage,
Pour montrer à l’humanité le reflet de sa conscience.

Ses parents voulaient le protéger et lui montrer un autre monde,
Mais son enfance noyée fut l’image d’une sordide réalité.
Sur lui, l’enfant de la plage, les pleurs des familles abondent,
Et les aberrations de cette guerre ont apostrophé le monde entier.

Certains ont choisi de marcher sur le chaotique des chemins,
Pour laisser derrière eux le grondement des armes.
Ils n’ont rien d’autre que leurs habits de pèlerins
Et cette volonté et ce courage, qui jamais ne se désarment.

On voit les peurs envahir certaines contrées sur leurs passages,
Des barbelés, des murs s’élèvent aux frontières pour les arrêter.
En d’autres endroits, ils trouvent un peu de répit, de repos,
Et attendent, comme réfugiés, le passeport de leur liberté.

Quelquefois, ils sont parqués, là, sur une virtuelle ligne d’éclusage,
Entassés entre les fils d’une clôture, comme des animaux,
Et par crainte d’être mordu, peut-être, par la détresse de leurs visages
On leur lance des croûtons de pain comme à des êtres anomaux.

Des dirigeants de pays en paix, ont enfin compris ce désarroi,
Qui conduit des peuples loin des piliers de leurs ancrages.
Petit Aylan, ta mort aura peut-être sauvé des gens de l’effroi,
Et ton image restera la lumière obscure de ces outrages.

FIN
Ecrit le 11 septembre 2015

76811024

Pour toutes les familles qui subissent cette épreuve.

 

 

 

La photo d’Aylan Kurdi, cet enfant kurde retrouvé mort sur une plage turque le 2 septembre 2015 a ému le monde entier. Selon le Daily Mail,  Aylan et son grand frère ne sont pas la seule fratrie d’enfants à avoir perdu la vie au cours de la traversée. Zainb Ahmet-Hadi, 11 ans, et Haydern son jeune frère de 9 ans, font également partie des victimes de ce naufrage.

Plus de 7600 réfugiés sont arrivés en Macédoine ces dernières heures. Devant cet énorme afflux, Budapest s’est résolue à fermer sa frontière avec la Serbie. Trains surchargés et gares dépassées par l’exode ont donné lieu à des scènes choquantes notamment en Hongrie.  Tournées clandestinement dans la nuit du 9 au 10 septembre par une bénévole autrichienne présente au camp de Roszke en Hongrie, des images montrent l’inhumanité des policiers qui lancent du pain à une foule de réfugiés massés entre des grilles.



2 commentaires

  1. louise coquin 11 février

    c’est très beau tes mots remplacent les images ils sont très forts

    Répondre

  2. MANJARD 11 septembre

    C’est touchant bravo cicise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

ABRACADA ... |
Bienvenue sur le site de Te... |
Art,Sculptures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | deuxc.com
| Eric Boldron,articles...
| LE MEILLEUR FEUILLETON DE L...