Les palmiers sont en pleurs,

Je tiens à remercier la personne qui a créée ce dessin, dont la signature est Mesia

Klimrod-00-Nice

Les palmiers sont en pleurs,

Ce qui ne fut que terrains vagues entre la route de France et la mer,
Ce qu’Alphonse Karr a décrit comme l’océan de poussières,
Ce qui n’était qu’un chemin de contemplation, de promenades,
A vu se fracasser l’écho de la peur, sur ces palmiers, qui étaient de garde.

Les regards des touristes ont sombré dans le flou de la terreur,
Les promeneurs couraient, fuyant le bruit de cet assassin colporteur,
Qui les a fauchés, les a tués, les a blessés et assassinés,
Ne tenant compte ni de l’âge, de la vieillesse ou des nouveaux-nés.

Ces beaux palaces ont perdu leurs prestiges d’antan,
Ces fontaines lumineuses ne savent pas que leur eau deviendra sang,
Ces candélabres se ternissent du voile de l’incompréhension,
La promenade des Anglais se transforme en celle de l’aversion.

Le lendemain, personne ne viendra regarder la mer,
Tant la brise du large nous renverra cette odeur amère,
Celle qui obstrue nos rêves de son acidité mesquine,
Celle dont la barbarie, la sauvagerie, la monstruosité accoquinent.

Ce boulevard aux larges trottoirs, bordés de ses palmiers,
A vu son asphalte se couvrir de bâches blanches, comme un sinistre damier.
En ce quatorze juillet 2016, le glas a résonné entre leurs houppiers de feuilles
Qui frémissaient de chagrin, comme s’ils voulaient se joindre à notre deuil.

Écrit le 17 juillet 2016

Poème écrit en hommage aux victimes
Du 14 juillet 2016 ;
Sur la promenade des Anglais
A Nice.



Angela,

11692697_399292610267958_8382855615713703574_n

Angela,

You are a very generous person
And I love spending time reading you
About the Topics with Mr Jim C, this enigmatic person
And it is why I want to congratulate you

Every morning is a new beginning,
Even if we do not write at the same hours,
Because the ocean must wear your beautiful writings
And I have to remind myself that the language is yours.

Maybe one day our roads will intersect in some way
And picking in the fields some four-leaf clovers,
We can think about the blue color of our faith along the way
Dreaming that this day, the peace will be forever.

For You, Angela S.
(of Indianapolis)

Poème écrit le 04.07.2016

13533001_1140085386032914_1098274748583095211_n

If I made mistakes, be kind to let me know, the American is not English.



ABRACADA ... |
Bienvenue sur le site de Te... |
Art,Sculptures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | deuxc.com
| Eric Boldron,articles...
| LE MEILLEUR FEUILLETON DE L...