Reflets d’un regard,

 

DCO2096

Reflet d’un regard,

Mon âme est voilée de noir,
Mon esprit est joyeux,
L’illusion assombrit ce miroir,
Quels reflets ont mes yeux ?

Prisonnier d’un souvenir,
Qui a, certes, construit ma vie,
Je me suis enfui dans cet avenir,
Pour dessiner mes envies.

Mes tortures sont invisibles,
J’en cache les sévices,
Images imperceptibles,
Derrière un sourire complice.

Je flirte avec les plaisirs,
Qui dansent dans ma vie,
Mais dans un sable soupir,
Mon âme s’ensevelit.

Je libère mes émotions,
Par envie de les voir fleurir,
Mais otage de mes passions,
Mon cœur à peur de s’ouvrir.

Dans le secret de mes prunelles,
Aux éclats mystérieux,
Se noient larmes et étincelles.
Quels reflets ont mes yeux ?

Fin

Ecrit le 10 octobre 2006



Dame lassitude,

dame lassitude

Dame lassitude,

Trop de sentiers étroits et sinueux
Ont assombri le reflet de nos yeux !
Malicieusement, elle nous a envahis,
Cette pénombre de la vie…

Trop de joies défigurées et brisées
Ont cassé le fil de nos amitiés !
Insidieusement, l’étincelle s’étiole,
Aussi pâle qu’une luciole…

Enveloppée de nos incertitudes,
Elle s’enlace dans nos habitudes,
Cette languissante lassitude…

Devenue seule icône de notre béatitude,
Elle accompagne notre solitude,
Cette désespérante lassitude…

Fin

Ecrit le 4 novembre 2006



Sourires… et sourire,

sourires sourire

Sourires… et sourire,

Simple bijou de l’enfance,
Sans strass, pure merveille,
Même dans son sommeil,
Un cadeau de l’innocence.

L’arlequin de la mesquinerie,
Comme figé sur un visage,
Sans âme, troublante image,
Hypocrite, presque une clownerie.

Celui de la bonne conscience,
Un peu désorienté, sempiternel,
Une obole dans une gamelle,
Figurines des rues, patience…

Et quand-même, la simple beauté,
Le cœur de l’amour, de la vie,
Offert sans parcimonie,
Celui d’une pure sincérité.

Fin

Ecrit le 9 novembre 2006



Déesses du feu,

déesses du feu

Déesses du feu,

Ondulant leurs silhouettes gracieuses,
Ces chatoyantes natures éphémères,
Charmeuses, espiègles et dédaigneuses,
Dévoilent leurs âmes guerrières.

Voleuses d’air pour ce seul maître,
Elles l’enlacent, le harcèlent de leurs danses,
Silhouettes de feu, elles veulent paraître
Déesses dans cette lumière si dense.

De leurs soupirs s’élèvent de doux murmures,
Qui s’embrasent au froissement du satin
De leurs robes incendiaires, et susurrent
Des mots d’amour à cet innocent libertin.

D’un insatiable amour pour ce Don Juan,
De cet immense plaisir qui les enflamme,
Elles étreignent à en mourir cet amant,
Mais s’évanouissent dans le piège d’autres flammes !

Fin

Ecrit le 16 novembre 2006



Détresse,

758028
Détresse,

Vider les tiroirs de ma commode,
Partir ailleurs, sur un autre nuage,
Brûler les photos d’une mode,
Feux d’adieu, pour toutes ces images.

Vider ma tête de ses souvenirs,
Partir ailleurs, sur un autre vol,
Dégrafer les attaches de ces plaisirs,
Feux de paille, sur cet incompréhensible sol.

Vider sans trier tout ce qui reste,
Partir ailleurs, sur un autre chemin,
Ficeler ces paquets indigestes,
Feux d’adieu, petits bouts de parchemin.

Vider mes illusions de leurs poésies,
Partir ailleurs, avec d’autres couleurs,
Prendre une plume dans l’indécis,
Feux de paille, écrire sur des leurres.

Vider toute ma tête, ne plus rester,
Partir ailleurs, mon corps en bagage,
Eviter les pièges sur ma route dressés,
Feux de détresse, mon cœur est en marge.

Fin

Ecrit le 9 décembre 2006.

Un peu lasse de certaines réactions non objectives… Dommage !!!



12

ABRACADA ... |
Bienvenue sur le site de Te... |
Art,Sculptures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | deuxc.com
| Eric Boldron,articles...
| LE MEILLEUR FEUILLETON DE L...